top of page

Gaude Mihi : une exposition de sextoys guère réjouissante

Le gode n’est pas un substitut du phallus mais de la main, une main améliorée, survoltée. L’embêtant, c’est sa forme obstinément phallique. Un progrès de plus serait d’en inventer des mieux. Des marrants. des étranges. Des surprenants. Des impensables. Des incroyables mais vrais godelureaux !


Si les organisateurs de l’exposition Gaude Mihi qui vient juste de se dérouler à Paris utilisent l’accroche de Jeanne-Paule Fargière dans la “Main des anges” pour nous allécher, ils n’ont guère réussi dans leur parti de nous faire jouir, ni même de nous réjouir!

Dommage, l’idée de départ était pourtant prometteuse : réunir plus de 65 artistes pour créer individuellement un sextoy. Donc voilà les artistes partis cogiter, tester, fureter, méditer tout l’été pour nous proposer un panel très large d’oeuvres sorties tout droit de leur imagination, nous annonce le communiqué de presse. Je lis plus loin que cette exposition est l’occasion de remettre à l’honneur cet objet de plaisir souvent contreversé dans l’histoire mais d’une étonnante actualité et qu’elle se veut aussi une incitation à la curiosité érotique par le biais de l’humour, de la poésie et de l’expérimentation, l’inventivité étant au coeur de ce projet.

Mouais, je doute que les artistes aient réellement tatés du sextoys en effectuant leur études sur le terrain. Quant à tester leur oeuvre encore moins. J’y ai vu en revanche beaucoup de masturbation intellectuelle. Normal, nous sommes à Paris – miaou scratch scratch!! Les artistes face à leur sexualité auraient donc un peu de mal à proposer des oeuvres qui fonctionnent, des sextoys performants quoi!

Et pourtant, le plaisir n’était-il pas pourtant au centre de cette expérimentation? Il semblerait que non, que les artistes n’aient retenus que le côté “expérimental” de l’affaire, moins engageant personnellement. Point de jouissance donc dans le montage de “La pompeuse” proposé par Thierry Joseph, ni de plaisir dans le gode ceinture sans gode mais avec des bourses extra boursoufflées d’Antonella. Oui mais là, attention, les critiques d’art nous disent que c’est “une exagération qui rappelle l’esthétique de la statuette africaine et son crédo “Force, virilité, et fécondité”. Tout s’explique alors…

Enna Chaton transforme quant à elle des moulages de nez en jouets sexuels. Il sont petits, drôles je vous l’accorde mais pas drôlement efficaces! Quant à Adrien Vescovi il construit son sextoy en légo, un vrai jouet quoi. Et que dire de France Cadet qui transforme le ballon sauteur cher à nos têtes blondes en ballon zizi pourvu de 3 sortes de phallus. J’en ai vu de plus réalistes à l’expo de Vénus Berlin en octobre dernier. Il m’a fait sourire pourtant avec ses boites à meuh remplacées par des “attache-moi oui”, “encore, plus fort” etc…

De la poésie mais toujours pas de plaisir pourtant dans l’oreiller d’Emma Sachet, réceptacle des larmes et de la sueur. Du pastiche de l’Origine du Monde de Courbet avec Léa, des escargots bavant le long de son sexe

Et que dire de la collection originale de Mr Le Proctologue d’ustensiles extirpés de l’anus d’utilisateurs négligents dans le choix de leur godemichés… De la bouteille de vin au tampon en passant par la bougie à la barette à cheveux ou à la queue de porc couennée bien sûr et changée toutes les 3 heures….

Dommage, dans cette amalgame d’objets en tout genre, de photos et de vidéos, le constat n’est pas réjouissant. L’année prochaine peut-être…

Allez, de toute façon, rappelez-vous, les seuls sextoys qui soient tous sélectionnés, testés et approuvés sont ceux que vous trouvez sur notre boutique Piment Rose.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page