• Nathalie Giraud Desforges

Le jeu du pegging ou devenir une femme pénétrante

Dernière mise à jour : 17 juil.

Publié le 09/03/2017, mis à jour le 12/07/2022

Jouir d’inverser les rôles, jouir de pénétrer son homme avec un gode ceinture lorsque l’on est une femme ou d’être pénétré par une… femme, c’est tout l’art du pegging ou chevillage en français.

Jeu amoureux dont on trouve déjà la trace sur les murs de Pompéi, le pegging peut se pratiquer à l’aide d’un godemichet double sans ceinture comme le Feeldoe de Tantus , le Share de Fun Factory ou bien encore le Strap-On de Lovely Planet. Il ouvre alors la voie à des plaisirs partagés où le genre s'affranchit de ses limites normatives.


pratique du pegging chevillage avec un gaode ceinture en cuir noir
Photo Crédit Ressan - Paris Libertin

Cela fait maintenant plusieurs années que je parle de cette pratique ! Voir mon article en 2008 sur le Feeldoe ou le plaisir partagé maintenant avec la gamme des Strap-On Me


Le jeu du pegging ou devenir une femme pénétrante


Le pegging questionne la femme sur sa place dans l’acte amoureux. Lorsqu’elle pénètre physiquement son partenaire avec un gode ceinture (ou sans ceinture), elle accepte sa dimension masculine ou “Yang”. Elle devient actrice, en jouit et fait jouir. Faut-il rappeler que toute la région anale est riche de terminaisons nerveuses et donc de sensations ?


Transgresser ses propres interdits, c’est le premier plaisir non physique mais purement “intellectuel” donné aux femmes par le jeu du pegging. Mais il leur est possible d’aller plus loin en éprouvant elles-mêmes une jouissance décuplée. Grâce aux recherches actives de Mia, une lesbienne américaine militante, les femmes qui utilisent le Feeldoe de Tantus explorent aussi un puissant plaisir physique.

Aujourd'hui en 2022, en France, créé par un fournisseur de sextoy français - cocorico !- elles utilisent la gamme des Strap-On Me !

Grâce à la vibration et à la stimulation du point G de ce sextoy sans ceinture, celles qui le portent sont excitées de plusieurs façons : interne mais aussi externe, tout au long de leur vulve et de leur clitoris. Concrètement, le Feeldoe comme le Share de Fun Factory ou le Strap-On Me est un gode sans ceinture, c’est-à-dire sans sangles, ni harnais. Il est composé d’une petite tête au bout arrondi et d’une partie phallique. La première se positionne soit dans le vagin, soit dans dans l’anus, la seconde étant utilisée pour pénétrer sa / son partenaire.

Attrait supplémentaire, le Feeldoe est fourni avec une petite capsule vibrante. Lorsque cette capsule est insérée à la base du coude, reliant les deux extrémités du gode, elle transmet ses vibrations à l’ensemble du sextoy. Le plaisir des deux partenaires est ainsi puissamment stimulé.


Pegging ou comment bousculer ses freins pour une jouissance décuplée


Du côté masculin, l’homme qui accepte d’être pénétré accepte en même temps le lâcher prise. Pas évident pour celui qui s’est toujours positionné, et que la culture a toujours considéré comme “puissance” pénétrante.

C’est difficile de changer physiquement de position et d’accepter de s’abandonner totalement en conférant le rôle actif et le contrôle à sa partenaire.


dessin de pegging avec le gode Share de Fun Factory
Remerciement à Fun Factory avec le Share en main pour son illustration

Pourtant, il existe un réel plaisir psychologique à se rendre et se soumettre. À accepter sa dimension “Yin”, celle qui accueille et explore.

Et que dire du massage de la prostate dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises et pour lequel j’anime des ateliers pédagogiques d'exploration du plaisir prostatique – voir les dates sur mon site dédié sur le Plaisir Masculin – Ce plaisir physique du point P comme prostate qui peut être abondamment stimulé, ainsi que toute la région anale.

En étant ouvert à ces découvertes sexuelles, en explorant ce jeu sexuel transgressif, l’homme manifeste qu’il n’a plus peur de la puissance sexuelle de la Femme. Et qu’il est prêt à se re-jouir … autrement !


Pour acheter la gamme des Strap-On Me : sur le site de Piment Rose

Crédit Photo : Ressan et son magnifique ouvrage Paris Libertin

424 vues0 commentaire