• nathaliegirauddesf

Le porno n’est pas érotique

Lu dans les indiscrétions de l’Express de cette semaine : Il y a encore quelques années, la différence entre un film porno et un film érotique reposait sur la crudité des scènes de sexe.

En 2000, la Commission de classification des œuvres cinématographiques rétablissait, pour Baise-moi de Virginie Despentes, l’« interdiction au moins de 18 ans » en lieu et place d’un « classé X » qui bloquait la distribution, les salles X ayant disparu. Aujourd’hui, le très très sexué Shortbus de John Cameron Mitchell, sorti le 8 novembre, risque de faire jurisprudence avec son « interdiction aux moins de 16 ans assortie d’un avertissement ».

« Nous jugeons une œuvre dans sa globalité, confie un membre de la Commission. Nous n’avons pas de grille formatée. Si l’on voit beaucoup de sexe dans ce film, il y a avant tout un discours et un contenu intellectuels. » Un avis partagé par la majorité des 27 membres de ladite commission et qu’a suivi le ministre de la Culture, seul habilité à délivrer le visa d’exploitation.

Bonne nouvelle, la différence entre pornographie et érotisme, cela serait donc quand ils baisent et ils pensent, donc quand il y a du contenu entre les fesses (enfin, entre les scènes de)…

Et voilà la question de lancée. Et vous, qu’en pensez-vous ?

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Cécile Morel est Molly Bloom

Sensualité, beauté joyeuse, texte habité d’une grande puissance charnelle, Cécile Morel donne vie à cette nouvelle version de Molly Bloom d’après le texte de James Joyce.  Une heure dans la peau d’une