top of page

Dangers et alternatives au Porno. Comment en parler aux ados ?


Comment prévenir les jeunes sur les dangers du porno et les accompagner au mieux ? Nathalie Giraud Desforges, sexothérapeute était l'invitée des RDV d’Émilie pour explorer ce sujet captivant sans stigmatiser, moraliser ou restreindre, mais plutôt en encourageant une compréhension saine de la sexualité et du plaisir.


C’est quoi la définition du porno pour vous ?


Je vais reprendre la définition trouvée sur Wikipedia. La pornographie est la « représentation complaisante — à caractère sexuel — de sujets, de détails obscènes, dans une œuvre artistique, littéraire ou cinématographique », cette représentation explicite d'actes sexuels finalisés ayant pour but de susciter de l'excitation sexuelle.

Cette définition considère ainsi qu'une œuvre est pornographique si elle suscite une excitation sexuelle "lascive".


En quoi le porno est-il dangereux pour les ados ?


Le porno en lui-même n'est pas un problème. Il existe depuis des milliers d'années ! Il y avait déjà des représentations de scènes érotiques voire pornographiques car dessinées en vue d’obtenir une excitation sexuelle sur les fresques des lupanars de Pompéi. On peut dire que l’humain étant curieux par nature et Être de désir, le porno fait ainsi partie de la vie !

Le problème principal vient du fait que le scènes pornographiques sont maintenant disponibles à volonté à partir d’un objet que l’on porte sur soi en permanence : le téléphone portable. Donc l’exposition à la sexualité ou à la rencontre de corps ou de pratique sexuelle devient facile, rapide et très accessible. L’imagination, le suspense, l’attente ne sont guère plus au cœur du porno. C’est un premier point.


Ce qui me gêne aussi dans le porno, ce sont les scénarios. En effet, ceux-ci tournent fréquemment autour de l’humiliation, de relations non consenties, de scènes de violence. Il y a quasi 90 % de scènes pornographiques qui contiennent de la violence le plus souvent faite aux femmes. C’est inacceptable!




Le porno et la masturbation chez les ados


Il arrive de plus en plus fréquemment que de jeunes gens, garçons ou filles associent le visionnage du porno avec de la masturbation. Bien entendu, il est normal et agréable de se faire du bien et de se masturber, là n’est pas la question. Mais c’est l’association porno + masturbation, et de manière répétée et systématique qui pose problème car ces scènes excitantes vont teinter, voire ternir, le désir de l’adolescent. En grandissant, la ou le jeune ado peut s’attendre à vivre des scènes qu’il ou elle a déjà vues et nous savons tous qu’elles ne reflètent pas la réalité (fort heureusement), mais pas eux.


Lorsqu’un ado n’a pour seule référence que les images du porno, que ses activateurs d’excitation sexuelle n’ont de support que celui du visuel du pornographique, l’exploration de la sexualité devient biaisée. Bien entendu, il est normal et sain d’être curieu.se, de vouloir combler sa curiosité, encore faut-il aller chercher les infos dans d’autres domaine que dans les stéréotypes formatés de la pornographie.


L’angoisse de l’excitation pornographique


Associer en permanence l’excitation et les images pornographiques peut aussi être angoissant. J’ai dans mon cabinet des jeunes qui souffrent de l’angoisse de la performance, d’autres qui ne peuvent plus s’empêcher de se masturber et qui s’épuisent dans cette pratique addictive, et un autre exemple est de finir par ne privilégier qu’une seule partie du corps, son sexe, alors que tout le corps peut être une zone érogène. L’univers érotique se réduit terriblement.


Du coup si le jeune ou très jeune adulte s’habitue à se masturber de cette façon avec la rapidité des sensations qui sont beaucoup plus fortes et bien toute la lenteur, le déroulé, les émotions sont mises à l’écart, le cerveau n'en veut plus puisqu’il sait comment aller vers la décharge de l’orgasme rapidement. Les circuits de récompense sont ainsi quasi formatés pour ne répondre qu'à une seule forme d'excitation sexuelle..


L’ado peut alors se retrouver démuni.e lors d’une rencontre puisque, brusquement, son sexe ne répond plus. Il ou elle peut avoir une perte de sensation. Si c'est pour un garçon, cela peut entrainer une perte d’érection, si c'est une fille, elle se dit qu'elle est dans un scénario dont elle connait déjà par avance toutes les étapes. Ni l’un ni l’autre ne sont dans le moment présent, la rencontre des corps, des sensations, du toucher, du goût, de l’odeur. Ils sont dans leur tête et dans l’anticipation de ce qu’ils ont vu sur l’écran.

Cela devient même encore plus compliqué de s'abandonner au plaisir ...



Quel peut être le rôle de l'éducation sexuelle pour votre ado ?


L’éducation apporte de l’information. Elle rassure. Elle donne des outils pour s’informer et appréhender le monde. Sans information, il y a de l’inconnu, de l’anxiété. Dans le domaine de la sexualité, l’ado va chercher à se rassurer en allant chercher où il peut de la connaissance pour s'éduquer et "se sentir moins nul.le". Avec le porno, l’apprentissage est plutôt réducteur.


L’éducation à la sexualité est donc très importante et la qualité de cette éducation aussi. Je suis allée dans des collèges pour parler de sexualité et ce que je sais c’est que les jeunes ont besoin d’images. L’image de nos jours est vecteur de communication primordiale. Parler de sexualité en donnant des livres à lire est voué à l’échec dans la plupart des cas.


En termes de contenu, il faut aborder la connaissance des parties sexuelles du corps, la notion de respect, de limites, de consentement, le sien et celui de l’autre, de pratiques sexuelles, les changements qui surviennent quand on grandit, les abus sexuels. Tout comme pouvoir aborder comment il peut y avoir de la coercition sans consentement, l'identité de genre, l’orientation sexuelle, l’homosexualité…


Éduquer à la sexualité, c'est mettre de la lumière sur ces zones d'ombre, de façon à ce que l’ado aborde l'intimité avec de la joie dans la découverte, de la maturité dans ses rapports affectifs aux autres. Donc l’information est indispensable et la personne qui dispense cette information doit être "moderne", présente au monde, à l’aise dans son corps afin qu’il n’y ait ni gêne ni embarras pour être curieuse et répondre sans jugement à toutes les questions.


BD Zizi sexuel titeuf
Une BD excellente : le Guide du Zizi Sexuel

Y a-t-il une manière ouverte et constructive d'en parler à son ado ?


Si vous ne vous sentez pas à l’aise de parler de sexualité avec votre enfant, évitez de créer un malaise supplémentaire. Donc mieux vaut se faire aider. Il existe d’excellentes BD que vous pouvez lui offrir ou laisser en lecture aux toilettes. C’est un espace généralement hyper sécurisé et intime dans lequel laisser ce type de lecture.


Vous avez peut-être aussi un.e ami.e qui est plus à l'aise que vous pour parler de sexualité et avec qui votre enfant se sent en confiance. Bien sûr il convient d’aborder l’aspect mécanique mais surtout l’aspect relationnel. C’est là où les parents ont un grand rôle à jouer.

La question la plus simple à poser serait « qu’est-ce que tu aimerais que j’aborde comme sujet ? » Souvent l’enfant demande comment s’est passée la rencontre entre son père et sa mère, leur première fois. Donc je vous invite à engager le dialogue avec votre ado en lui posant des questions. Demandez-lui aussi quels sont ses modèles masculins ou féminins et parlez-en. Regardez les posters affichés dans sa chambre et discutez-en. Entrez dans son monde, dans sa culture. Évitez d’être intrusif ou intrusive, respecter ses silences, donnez-lui le temps de répondre et juste montrez que vous vous intéressez à lui ou à elle.


Où trouver de l’information saine sur la sexualité ?


J'aime beaucoup le site web de Climax.how. C’est un site web pour les personnes majeures qui donne des informations claires et détaillées. Avec des cours d’éducation à la sexualité, au plaisir et des informations sur les pratiques sexuelles données par des spécialistes. Les vidéos présentent des personnes dont on ne voit pas forcément le visage et qui expliquent clairement et visuellement comment se masturber par exemple.

Les vidéos montrent des sexes et des poitrines de taille normale, des sexes très divers.

Il y a aussi des pratiques qui amènent à la respiration, à la méditation, à la communication.

Ce site a énormément de petits tutos avec des expert.es qui abordent des questions de manière très naturelle. Je pense que les parents y trouveront aussi plein d’informations pour eux-mêmes.


Mieux vaut aborder ces questions avec son ado plutôt que restreindre Google ou en interdire l’accès. L’adolescence est l’âge de la transgression donc ils finiront par trouver l’info quoiqu’il arrive. Qui plus est à partir de 16 ans, Google ouvre l’accès à tout son contenu. Autant les diriger vers une information de qualité ! Le site de Climax et ses différents programme abordent la sexualité de manière respectueuse, dans un cadre sécurisant et qui n’étouffe pas mais plutôt étoffe l’imaginaire érotique.


Quelques références


BD : Le zizi sexuel - Titeuf

Livres: la série des "Osez... " aux Editions de la Muzardine

Films : la série Sex Education visible sur Netflix, une série drôle, extrêmement inclusive

Web : le site français Climax.how

Podcast : Les Vulvés


Et s’il fallait recommander des films porno, découvrez les films porno plutôt féministes de Erika Lust.




1 Comment


Guest
Jan 25

Très belle newsletter

Bravo pour ces sujets complets bien référencés

Génial les études sur le massage prostatique et ses effets positifs sur les symptômes gênants liés à l’adénome ou les prostatites encore bravo bise

Like
bottom of page