top of page
  • Photo du rédacteurCorinne Fontaine, sexothérapeute

Comprendre les enjeux du consentement

Le consentement est devenu depuis les années 2000, un terme que l’on entend souvent mais qui est assez mal défini. Nathalie Giraud Desforges, interrogée par Les RDV D’Émilie nous en explique les enjeux.




Qu’elle est la définition du « consentement » dans le contexte des relations sexuelles ?


Le consentement est un processus interne, une discussion, entre ton corps, ta tête et ton coeur pour faire respecter tes limites. Ces limites sont connues de toi et te permettent de dire un vrai oui ou un vrai non et peut-être aussi à être amené.e à négocier ce que tu désires.


Le consentement s’exprime d'une façon verbale et non verbale. Il arrive parfois que le corps exprime une chose et les mots une autre, ce qui crée un flottement qui peut être interprété au bon vouloir de l’interlocuteur.e. Il est donc indispensable que la tête, le sexe et le coeur soient « bien alignés » pour donner un message clair et sans ambiguïté.





Comment le consentement contribue-t-il au bien-être physique et mental ?


Pour être en capacité de consentir ou non à une proposition, il faut être conscient de ses limites pour pouvoir les exprimer clairement. Savoir quand on est à l’aise, quand il y a de la joie, quand il y a de la fermeture implique de sentir ses propres besoins.


Cette conscience passe par le corps. Quand il y a de la joie, on ressent même de manière subtile, du pétillement, une ouverture. À l’inverse, quand il n’y a pas consentement, on ressent de la fermeture, un serrement quelque part dans le corps, de l’agacement ou de la colère aussi. Pas facile quand on est coupé.e de ses sensations, mais ça se travaille!


Il existe un superbe outil « la roue du consentement » de Betty Martin qui est accessible sur le net et qui décortique tous les aspects du consentement selon qu’on se place du côté de celui ou celle qui fait une proposition que de celui ou celle qui accepte ou refuse. Cet outil permet de prendre conscience de ce qui se joue dans une relation.



Comment encourager une communication ouverte sur le consentement au sein d’une relation ? Quelles sont les clés d’une communication honnête quand on a un truc difficile à dire ?


Le mieux est de visionner la vidéo de la chanson « Balance ton quoi » de la chanteuse Angèle. Tout y est très bien dit !




En premier lieu il faut être sûr.e que l’autre va t’écouter sans parler et sans juger. Quand on souhaite avoir une discussion honnête, on se sent toujours plus vulnérable, donc s’assurer d’être activement écouté.e jusqu’au bout est indispensable. Il faut en premier parler de cette crainte et valider que l’autre va s’engager à écouter.


2ème clé, parler de soi et de ce qu’on ressent et de son besoin. Expliquez ce qui se passe pour vous, dans votre corps et vos émotions quand il ou elle dit ou fait ce truc que vous souhaitez changer. Il est indispensable que l’autre puisse l’entendre et ne le prenne pas contre lui ou elle. Car c’est votre ressenti, votre histoire qui se joue dans le non-consentement.


Terminer en demandant comment se sent l’autre, une fois que tout a été dit.



Comment améliorer l’éducation au consentement ?


Pour moi la roue du consentement devrait être affichée dans toutes les écoles et expliquée à partir de jeux dans lequel on puisse dire « oui", « non" ou négocier. Jouer à exprimer son désir, à demander tout autant qu’accepter une proposition ou la refuser et toujours ressentir dans le corps quel est l’impact.

Je la propose aussi très souvent comme aide à la communication lors de mes accompagnements en thérapie de couple.




roue du consentement Betty Martin


Pour les adultes, je propose trois fois par an une semaine de stage pour expérimenter la sexualité sacrée. Lors de ce séminaire, le consentement est le fil rouge tout au long de la semaine. Une belle manière d’expérimenter, appliquer, sentir le consentement sur 6 jours!





Quelle est la pertinence du consentement à long terme dans un couple ?


Au cours du temps, le corps change, la relation évolue et les limites bougent. Il est indispensable de vérifier régulièrement où on en est. Après la naissance des enfants ou à la ménopause par exemple, le corps de la femme n’est plus accessible de manière identique. Il est bon de revoir ce qui se pensait acquis et rediscuter des besoins et des limites. Le corps de l’homme aussi évolue de même que ses besoins. Donc vérifiez si vous êtes sur la même longueur d’onde.



Vous avez du mal à poser vos limites seul.e ?


Discuter à coeur ouvert avec votre partenaire est difficile ? Vous vous sentez coupé.e de vos sensations et ne pouvez poser vos limites ? Vous n'osez pas dire "non"? Vous avez du mal à vous abandonner au plaisir? Nous avons des solutions pour vous!



logo Nathalie Giraud Desforges sexothérapeute spécialiste du consentement









Les Estivales du Tantra logo



59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page