• nathaliegirauddesf

Du “O my Gode” au “sexe à piles” : histoire des sextoys

Publié en janvier 2006, mon billet sur l’histoire des sextoys, du godemichet au vibromasseur en général a déjà été lu plusieurs milliers de fois … Le revoilà en tête de gondole pour ceux qui l’aurait raté 🙂

L’histoire des sextoys en quelques millénaires !

Les godemichés ou ‘olisbos’, objet phallique représentant un membre viril, vulgairement appelé « gode » remontent à l’Antiquité et plus tôt ! Les archéologues en ont retrouvé des exemplaires depuis la préhistoire.

Electromécanisés au XIXe siècle, condamnés en France dans les années 70 pour outrage au bonne mœurs, utilisés comme un outil scientifique aux USA en 1968 dans l’enquête de Masters & Johnsons (les réactions sexuelles), ils deviennent finalement objets de mode, « sex toys » ou jouets sexuels, objets coquins ludiques et enfin support de fantasme.

I. Avant JC : culte phallique, un objet de réjouissance

Les toutes premières traces de production et d’usage des manuels datent de 3000 ans avant notre ère en Grèce et Asie Mineure. Les ‘olisbos’ tels qu’on les appelait alors, étaient des présents laissés par les marins ou les guerriers à leurs femmes afin qu’elles puissent se satisfaire – mais aussi leur rester fidèle ! – en leur absence. Ces phallus taillés dans le bois (ébène) ou pierre (jade) se présentaient souvent comme des statuettes dédiées à telle ou telle divinité (Frédéric Ploton, Sexologue).

[row][one_third]

Olisbos dans la Grèce Antique


[/one_third][one_third]

Godemiché taillé dans la pierre


[/one_third][/row] 

II Epoque Victorienne : un objet médicalisé