• nathaliegirauddesf

Fantasmes et perversion


Forcément, ça m’a interpellée. Forcément. Ce traité sur le fantasme comme protection de l’individu est donc là, sur mon bureau. Arrivé par la poste ce matin, dans son emballage colissimo.

Sa couverture est curieuse avec ses mains écartelées dont il manque des morceaux de doigts. Je devine un sein en y prêtant attention, là, entre le nom de l’auteur et le titre.

Dans l’article du Monde, il y avait aussi cette curieuse photo de Christer Strömholm, intitulée Place Blanche, Paris, début des années 1960. On voit une femme aux cheveux courts avec cette coupe casque caractérisque de l’époque. Elle est nue, une jambe repliée sous elle et l’autre tendue sur le drap d’un lit défait. Le décor est pauvre, les murs semblent sales, où bien est-ce l’influence du titre ? Sur la table de chevet, une fiole et divers objets que je ne vois pas bien. Quel rapport entre cette femme et ce titre de l’article “Le fantasme mis en acte” ?

Quelle fascinante découverte de la psychée sera ce livre ? Une plongée en apnée dans le cloaque des peurs et de l’angoisse ? Cherchez dans l’enfance dit la 4e de couverture. Comme toujours… C’est donc appuyée sur mes vieux Dolto que je commencerai à lire ? Pourtant, il me faudra attendre (et vous aussi…), car j’ai un Julian Barnes sur le feu et un peu de boulot ces temps-ci… Mais c’est promis, je vous ferai une fiche de lecture.

Robert J. Stoller : La perversion, forme érotique de la haine, Petite Bibliothèque Payot. 8,55 euros, Amazon.

Posts récents

Voir tout

Me  contacter

  • Instagram
snsc2.jpg

Nathalie Giraud Desforges

est membre du